Droits des LGBT

Descendre

Les personnes LGBT à travers le monde sont victimes de violences et de violations de leurs droits fondamentaux chaque jour. Nous sommes ici pour changer cela.

Bien que des progrès aient été réalisés dans la reconnaissance et la protection des droits des personnes LGBT, le chemin à parcourir est encore long. Dans 37 des 53 États du Commonwealth, les relations entre personnes du même sexe sont criminalisées; Huit pays du monde autorisent toujours la peine de mort pour les relations sexuelles entre personnes de même sexe; et dans plus de la moitié du monde, les lois sur le travail ne protègent pas les personnes LGBT.

L’EJA aide les gouvernements du Commonwealth, les législateurs, les législateurs et la société civile à réformer les lois discriminatoires à l’égard des personnes LGBT, dont beaucoup sont un héritage colonial, et à élaborer des lois et des politiques plus progressistes visant à éliminer la violence et la discrimination. Personnes LGBT.

Normes internationales

En 2012, les Nations Unies ont publié Droits de naissance et égalité: l'orientation sexuelle et l'identité de genre dans le droit international des droits de l'homme, établissant des normes internationales pour la protection juridique des personnes LGBT et reconnaissant l'orientation sexuelle et l'identité de genre. (SOGI) en tant que caractéristiques fondamentales protégées. Cela a marqué une étape critique dans la protection et la reconnaissance des droits des personnes LGBT au niveau international.

 

En 2016, un rapport du Rapporteur spécial sur la torture recommandait aux États de prévenir et de combattre la violence à l'égard des personnes LGBT et mettait en lumière l'impact de «structures de pouvoir discriminatoires, patriarcales, hétéronormatives et discriminatoires bien ancrées et de stéréotypes sexistes socialisés». La même année, l'ONU a défini le rôle de l'expert indépendant sur la protection contre la violence et la discrimination fondée sur l'orientation sexuelle et l'identité de genre.

Normes régionales

Au niveau régional, des progrès ont également été réalisés pour garantir les droits des personnes LGBT.

La Commission interaméricaine des droits de l'homme reconnaît expressément que SOGI est un motif de non-discrimination dans la Convention contre toutes les formes de discrimination et d'intolérance de 2013 et dans la Convention sur la protection des droits humains des personnes âgées de 2015. La Commission a publié un rapport complet sur la violence à l'encontre des personnes LGBTI en 2018, qui examine l'impact des lois criminalisant les personnes LGBT et formule un certain nombre de recommandations sur des mesures visant à lutter contre la violence à l'encontre des personnes LGBTI. Cela marque une étape importante dans la lutte contre la discrimination et la violence à l'encontre des personnes LGBT et vers une meilleure protection de leurs droits fondamentaux.

 

Au sein du Conseil de l’Europe, des mesures importantes ont été prises pour reconnaître les droits fondamentaux des personnes LGBT. La Recommandation 2010 (5) décrit les mesures à prendre pour lutter contre la discrimination fondée sur l'orientation sexuelle ou l'identité de genre et souligne que les cadres législatifs doivent être revus et révisés pour assurer une protection adéquate. En 2011, le Conseil de l'Europe a publié un rapport décrivant les normes que doivent respecter les gouvernements, les institutions internationales et les ONG pour la protection et la promotion des droits humains des personnes LGBT.

En Afrique, la résolution 275 de la Commission africaine des droits de l'homme et des peuples de 2014 traitait de la violence et d'autres violations des droits de l'homme fondées sur un SOGI réel ou imputé, et appelait les États à mettre fin à tous les actes de violence sur la base de leur orientation sexuelle réelle ou supposée. ou l'identité de genre, qu'elle soit commise par l'État ou par des acteurs non étatiques.

Droits des LGBT dans tout le Commonwealth

Les principes fondamentaux du Commonwealth incluent «le respect mutuel, l'inclusivité, la transparence, la responsabilité, la légitimité et la réactivité». Il existe de plus en plus de réseaux LGBT et d'initiatives de défense des intérêts dans le Commonwealth, qui demandent la mise en œuvre de ces principes et l'égalité pour tous les citoyens LGBT.

 

Le Commonwealth Equality Network (TCEN), créé en 2013, est un réseau d’organisations et de militants LGBTI du Commonwealth qui s’attaque à la discrimination fondée sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre. Le Commonwealth Youth et le Gender Equality Network, un réseau de jeunes militants et experts en matière de politique dirigés par des jeunes, cherchent également à améliorer l’égalité entre les sexes dans le Commonwealth et soutiennent l’inclusion significative de la voix des jeunes sur les questions relatives à l’égalité des sexes aux niveaux local, national, régional, fédéral et local. agendas internationaux.

L’EJA collabore avec ces groupes et beaucoup d’autres, en plus de plaider auprès des gouvernements du Commonwealth afin de lutter contre la discrimination fondée sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre et de faire pression pour que des réformes juridiques soient mises en place afin de mettre fin à la violence et à la persécution des personnes LGBT.

Découvrir

Découvrir

Découvrir